Débris Orbitaux

L’accès à l’Espace menacé

Il y a actuellement des centaines de milliers de débris en orbite autour de la Terre. Alors que les plus grands sont suivis par radar au sol, la grande majorité des débris restent invisibles. Récemment, les deux événements majeurs qui ont contribué au problème sont le test de destruction de satellite par la Chine en 2007 et la collision entre Iridium 33 et Kosmos-2251 en 2009.

Avec la miniaturisation de l’électronique et une dépendance accrue vis-à-vis des réseaux mondiaux, la quantité de petits satellites devrait augmenter considérablement dans les années à venir. Des centaines de satellites seront placés en orbite terrestre sans possibilité d’être désorbiter.

Les collisions deviennent de plus en plus fréquentes et provoquent des dégâts importants. La collision de 2009 a par exemple détruit un satellite actif valant des dizaines de millions de dollars.

courbe-debris

Un pas vers une réglementation internationale

Les directives internationales recommandent de désorbiter 25 ans après la fin de vie d’un satellite. Cependant, il n’existe aucune réglementation stricte à l’heure actuelle. Si une telle réglementation se met en place, les entreprises devront s’y conformer, soit en incorporant des mécanismes pour désorbiter automatiquement leur engin spatial ou en faisant appel à des entreprise offrant ce type de service pour désorbiter activement les satellites en fin de vie.

De plus, il est reconnu au niveau international que 5 à 10 des gros débris existants devraient être retirés chaque année d’ici 2020. Le programme CleanSpace de l’ESA vise à développer ces capacités, en ciblant spécifiquement EnviSat, un satellite de 8 tonnes qui représente un risque important d’une collision catastrophique.